DES BULLES DANS LE CHAMPAGNE : COÏNCIDENCE ? JE NE CROIS PAS !

Nous allons donc parler « BULLES » car le secret a bien trop duré ! J’ai conscience des risques que je prends mais je dois vous avouer : les secrets du champagne !

CHAMPAGNE : D’OÙ VIENS-TU ?

Il faut tout d’abord comprendre pourquoi le champagne est si particulier et si unique. Premièrement, le champagne vient de Champagne! Cela sonne comme une évidence mais pourtant il est souvent très utile de le rappeler : seul un effervescent assemblé, vinifié, et vieilli (min. 15 mois) dans l’aire d’appellation, aura le droit au doux et noble nom de champagne…

Pour rappel, seuls 5 départements (tout ou partie) peuvent prétendre à l’appellation :

– la Marne (66%),
– l’Aube (23%),
– l’Aisne (10%)
– la Haute-Marne et la Seine-et-Marne.

« Mais j’ai déjà gouté du champagne californien !!! »  

Bah du coup non !!! Il peut bien s’agir du meilleur pétillant au monde mais il n’en sera jamais pour autant un champagne.

J’LUI TROUVE UN GOÛT DE RAISIN !?
– Y’EN A !

Avant d’obtenir du champagne, il faut d’abord faire un vin tranquille (en « clair », un vin blanc). Ce vin peut être issu de chardonnay (cépage blanc), de pinot noir et/ou de pinot meunier (cépages rouges à jus blanc). Ces trois cépages sont le plus souvent assemblés mais pas obligatoirement. On parle alors de blanc de blanc (100% chardonnay) ou de blanc de noir (100% pinot noir et/ou meunier).

Chaque assemblage de vin regroupe différents cépages de différentes parcelles et/ou de villages différents. Tout cela afin d’obtenir le meilleur vin blanc, représentatif d’un vigneron ou d’une maison de Champagne. À cet instant, il ne s’agit pas encore de champagne mais d’un vin blanc léger (env. 9°) et assez acide. 

Anecdote je-me-la-pète-en-soirée
0,3 % de la vigne plantée concerne l’arbane, le petit meslier, le pinot gris vrai et le pinot blanc vrai. Ils sont les 4 autres cépages autorisés dans l’appellation Champagne.

MAIS ALORS : COMMENT FAIRE DU CHAMPAGNE ?

En Champagne, on parlera de méthode traditionnelle, également dite champenoise. À opposer à … bah à tout le reste. C’est ce qui fait le charme et l’excellence de nos champagnes (et de la plupart des crémants français).

Cette méthode repose sur une particularité :

LA 2ème FERMENTATION EN BOUTEILLE !!!!

C’est encore aujourd’hui, la méthode qui permet d’obtenir le plus de finesse et d’élégance. Il s’agit d’une méthode où les vins sont mis en bouteille avec une liqueur de tirage, constituée de levures et de sucre. Les levures vont manger le sucre (C’est tellement bon) et le transformer en alcool. Cela amène alors le vin blanc de 9° à 12 -12,5° MAIS il va surtout libérer du COqui se retrouvera enfermé dans la bouteille. Une fois les levures mortes, il faut les enlever de la bouteille, quitte à perdre du nectar. C’est à ce moment que l’on remplace le liquide manquant par de la liqueur d’expédition (ou de dosage). Cette liqueur permet de corriger et d’uniformiser un champagne, le faisant correspondre à l’image et surtout au goût d’une maison de champagne ou d’un producteur. 

Selon le dosage en liqueur on obtiendra : 

  • Brut nature : 0-3 g/l
  • Extra brut : 0-6 g/l
  • Brut : 0-12 g/l
  • Extra-sec : 12-17 g/l
  • Sec : 17-32 g/l
  • Demi-sec : 32-50 g/l
  • Doux : + 50 g/l

COMMENT AVOIR LE MÊME GOUT D’UNE ANNEE SUR L’AUTRE ?

En Champagne, il existe un type de champagne plus présent que les autres (90 % de la production totale) : c’est le Brut Sans Année ou BSA ! 

Dans cette catégorie, il est possible d’assembler les vins de l’année avec des vins des années précédentes. Ce sont les vins de réserve. Ces derniers, issus des meilleures parties de chaque récolte, permettent d’obtenir un résultat quasiment identique d’une année sur l’autre. 

Pourtant une petite part de ces champagnes se garde le privilège de devenir millésimé !

CE N’EST PAS L’ ÂGE QUI COMPTE !

Pour faire des millésimés, c’est comme pour le champagne traditionnel. A l’exception qu’ils ne sont issus que d’une seule et même vendange. 3 ans minimum de vieillissement en cave. Ces bouteilles deviendront l’expression d’une année hors du commun et du savoir-faire d’un vigneron et/ou d’un chef de cave. 

PETIT PRODUCTEUR OU GRANDE MAISON ?

En Champagne, les maisons de négoce vendent en moyenne 80% du volume de bouteilles vendues chaque année. Elles s’assurent de toujours vous fournir un produit constant mais à l’exception de quelles grandes maisons (ex. G.H.Mumm Sélection Grand Cru, Pol Roger cuvée Pure, Deutz…) beaucoup de maisons manquent d’âme !!

Cependant, il existe de nombreux vignerons de champagne qui savent se faire remarquer. Je pense à Christophe MIGNON, TARLANT, Françis BOULARD, et bien d’autres… mais il s’agit là de véritables orfèvres du champagne. Et au même titre qu’un bijou de qualité ne s’achète pas en supermarché, une bonne bouteille de champagne se trouvera chez un caviste indépendant.

BON CRÉMANT OU MAUVAIS CHAMPAGNE ?

Une question qui revient souvent et qui a du sens. La seule information à retenir, c’est « bon ou mauvais » ! Peu importe le produit, il y a trop de diversité dans le vin pour perdre du temps à boire des mauvais vins. 

Ensuite pour la question du choix entre crémant et champagne, il faut voir plusieurs éléments…

Le prix : Eh oui ! Il fallait bien en parler. Le champagne coûte cher ! Rien que pour le raisin. 1kg de raisin s’achète environ 5,50€ (Jusqu’à 7-8€ pour les grands crus). Sachant qu’il faut 1,2kg pour produire une bouteille de champagne, une bouteille à 10€ en supermarché ne sera pas bon ! 

Le goût : comparer un crémant et un champagne, c’est un peu comme comparer deux vins blanc. Certains peuvent se ressembler mais selon l’origine, le terroir, les cépages, le temps de vieillissement (9 mois min. pour un crémant), ils peuvent tout aussi bien s’opposer.

En résumé, le seul vrai point commun, ce sont les bulles. Donc une seule règle à retenir…

BUVEZ BON !

MAIS DU COUP QUE CHOISIR ?

EN SUPERMARCHÉ

Compter environ 25€ pour un champagne digne de ce nom !

  • Mumm Cordon Rouge (24,90€ chez Auchan)
  • Follet-Ramillon Harmonie 2006 (22,70€ chez Carrefour)
  • Philipponnat Royal Réserve (25,90€ chez E.Leclerc)

CHEZ LE CAVISTE

Facile à trouver

  • Besserat de Bellefon, Cuvée des moines (24,95€ chez Nicolas pour le réveillon)
  • Brimoncourt, Brut régence (29,50€ chez Nicolas)
  • Bruno Paillard, Extra brut (32,85€ chez Nicolas pour le réveillon)

Il va falloir fouiller

  • Françis Boulard, Les Murgiers ( ~ 35€ chez un caviste indépendant)
  • Jacquesson, Cuvée 739 ou 740 ( ~ 44€ chez un caviste indépendant)

Maintenant que vous savez tout je vous laisse répondre au QUIZ en cliquant ici (ou ) et/ou par

Et pour finir en beauté, je vous présente le petit guide du champagne pour se la péter en soirée … BON RÉVEILLON !!!

DES BULLES DANS LE CHAMPAGNE : COÏNCIDENCE ? JE NE CROIS PAS !
Votez pour cet article

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1
Épinglez
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1
Épinglez