LE GIN : COMMENT BIEN LE CHOISIR !

Il y a peu de temps, le gin n’était pas vraiment l’alcool à la mode. Pourtant, de plus en plus de ces nouveaux flacons voient le jour. Petit tour d’horizon sur le nouveau « phénomène gin » !

gin-boisson-vodka-tonic

 

C’EST QUOI DU GIN ?

Commençons par comprendre ce qu’est le gin et comment il est fabriqué. Tout d’abord pour fabriquer du gin, il vous faudra une vodka. Le gin n’est ni plus ni moins qu’une vodka dans laquelle on fera infuser différentes plantes et aromates.

Le gin est le produit d’une distillation de grains (seigle, orge ou encore blé). Tout d’abord, les grains sont mélangés à de l’eau afin d’en libérer les sucres. Cette opération, appelée le maltage, permettra aux enzymes, présentes naturellement dans les céréales, de manger les sucres pour les transformer en alcool. C’est ainsi que fonctionne toute fermentation.

DE LA FERMENTATION A LA DISTILLATION

A ce moment, le « moût » est comme une bière (fermentation de céréales maltées). Il va maintenant falloir distiller ce moût, entre 8 et 14°, pour le faire atteindre un taux alcool de 90° via un alambic à colonne. Ce type de distillation continue permet d’extraire plus d’alcool et de texture mais moins d’arôme.

A cet instant, le produit obtenu pourrait être vendu comme vodka (et oui, cela surprend encore mais contrairement aux idées reçues, la vodka n’est plus faite avec de la pomme de terre, voire très rarement!).

DE LA VODKA AU GIN

Pour passer de la vodka au gin : deux possibilités ! Par macération ou par infusion. Oui mais macération ou infusion de quoi ?

C’est là qu’entre en jeu les botanicals. Il s’agit de l’ensemble de plantes, fleurs, fruits, racines ou encore épices que l’on utilisera pour aromatiser notre base d’alcool. L’ingrédient principal étant la baie de genévrier ou du genièvre.

Ensuite, selon les botanicals utilisés, le gin pourra prétendre à différentes appellations dont la principale est la célèbre mention : London Dry Gin. Pour cela, pas de limitation géographique. Il suffit de respecter la recette pour pouvoir prétendre à cette mention.

UN PETIT POINT D’HISTOIRE

La mention London Dry Gin fut créée par la reine Victoria d’Angleterre afin d’uniformiser les différents gins et de s’assurer une qualité constante. Les premiers visés étant les colonies anglaises avec notamment l’Inde en tête.

L’Inde produit d’ailleurs toujours d’excellents London Dry Gins ; même si sa consommation reste très locale !

ET LES AUTRES DANS TOUT CA ?

En effet, c’est justement ce que je souhaite soulever avec cet article. Le gin ne vient plus seulement d’Angleterre. Les recettes et les codes de cet alcool ont été quelque peu dépoussiérés.

Aujourd’hui vous trouverez des gins fabriqués aux quatre coins du monde, utilisant des botanicals plus locaux.

FEUILLES DE THE DU JAPON, TOURBE D’ECOSSE OU ALGUE BRETONNE

C’est là que réside tout le bonheur des assoiffés de nouveauté. Le gin ne cesse pas de surprendre. Pour vous donner quelques exemples, H2B (gin breton) a réussi le pari fou de mettre de l’iode en bouteille ; Roku Gin utilise des feuilles de thé ou encore des zestes de yuzu ; ou encore The Botanist fume légèrement à la tourbe écossaise son gin.

via GIPHY

Que l’on connaisse le gin ou pas, ces nouvelles recettes auront toujours de quoi vous surprendre. Car finalement, pas de limite pour le choix des ingrédients. Même si je me méfie toujours un peu de l’excès de nouveautés dans ce genre de domaine.

Pour le moment, pas d’inquiétude et que des magnifiques surprises. Je ne compte plus le nombre d’amis convertis au gin tonic à l’apéritif.

LE TONIC PARLONS-EN !

En effet, car même si je ne peux que vous conseiller d’essayer certains de ces gins nature ou sur glace, ce dernier est plus souvent associé au tonic.

Mais malheureusement, je trouve que le tonic progresse moins vite que ne le fait le gin. En tous les cas, en France. Si vous vous rendez en Angleterre ou encore au Portugal, il n’est pas rare de trouver, sur la carte des bars, une page de gins à côté d’une page de tonics.

Et oui, car au même titre que pour les recettes de gins, il existe une multitude de recettes de tonics.

Pour bien commencer avec les tonics, je vous conseille Fever Tree Tonic Water ou Archibald Tonic. Ils permettront de découvrir le gin sans trop en modifier le goût. La plupart des tonics industriels sont souvent trop sucrés et remplis d’arômes artificiels.

DU GIN MAIS PAS SEULEMENT

Moins connus, il existe également d’autres types de gins. On notera en particulier : Le Yellow Gin (vieilli en fût de Xérès) et le Old Tom Gin (gin légèrement sucré)

VOILA ! IL NE VOUS RESTE PLUS QU’A GOUTER

Pour terminer sur le sujet, je vous dirais que je ne vous ai encore rien dit ! Il y a tellement à découvrir et tellement de richesse aromatique que vous devrez faire la difficile expérience de tester par vous-même ????.

via GIPHY

De plus, il existe une multitude de cocktails à base de gin. Donc il y a vraiment de quoi faire pendant vos prochaines vacances ou vos prochaines soirées.

Et pour parfaire vos connaissances sur les autres alcools, lisez dès maintenant mon article à la découverte du whisky japonais.

A très vite,

Corentin – DesVinsaVous

LE GIN : COMMENT BIEN LE CHOISIR !
Votez pour cet article

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1
Épinglez