VAINCRE SA CAVISTOPHOBIE !

Cela ne peut plus durer ! Vous devez admettre la vérité. Vous êtes victime de cavistophobie ! Rien à faire, il est pour vous impossible de pousser la porte d’un caviste. Voici un petit manuel afin de pouvoir aller chercher le conseil si précieux pour vos diners en ville.

C’EST QUOI LA CAVISTOPHOBIE ?

Étant moi-même caviste, je ne pouvais imaginer qu’une telle phobie puisse exister. Et pourtant, depuis que je me suis attelé à écrire ce blog, je me rends compte que la plupart des amateurs de vin n’osent pas aller chez le caviste car ils s’imaginent ne pas connaître assez le jargon vinicole pour échanger avec un caviste. Ils ont peur d’être ridicules, de payer trop cher, d’avoir des vins trop techniques… ou mille autres raisons. Je ne juge pas car je n’y connais rien en mécanique et j’ai toujours une appréhension quand je dois envoyer ma voiture au garage !

Il existe des centaines de milliers de domaines, de bouteilles et chaque caviste en a forcément une qui vous correspond.

Si vous êtes dans cette situation, cet article est fait pour vous. Si ce n’est pas le cas, partagez avec ceux de votre entourage car le monde serait meilleur si tout le monde avait son caviste !

C’EST QUI LE MÔSSIEUR ?

Le gros monsieur avec un tablier sale, les joues rouges et l’air patibulaire ? C’est un caviste mon enfant !

Bien qu’il existe encore quelques modèles comme celui-ci, le cavistus-faislagueulus est heureusement en voie de disparition. Je propose tout de même d’en garder un ou deux pour les archives et les musées.

Pour commencer, je suis de ceux qui pensent que tout commerçant (quel qu’il soit), qui ne sait pas être accueillant, ne mérite ni notre temps et encore moins notre argent.

C’est la différence entre un caviste et un marchand de vin. Le marchand de vin vend du vin (et si possible que des grands crus) et décide qui est digne de lui acheter ses fines bouteilles (je le méprise! ;-p). Le caviste est une personne (homme ou femme : il est toujours bon de le rappeler) passionnée par le vin et les spiritueux et qui aime partager ses connaissances et son savoir-faire avec sa clientèle.

Je pense qu’un caviste vend du conseil avant de vendre du vin. D’ailleurs le vin, en France, est disponible partout donc si l’on va chez le caviste, c’est pour la découverte et le conseil.

OUI MAIS LE CAVISTE EN BAS DE CHEZ MOI N’EST PAS AIMABLE !

Comme pour tout commerçant, il en existe des modèles aimables et d’autres beaucoup moins. Il ne faut jamais vous arrêter à une mauvaise expérience car vous vous privez de la meilleure façon de découvrir et d’apprécier le vin. Trouvez un caviste qui vous convient c’est exactement comme trouver un bon boucher ou un bon coiffeur. Il faut essayer, laisser une voire deux chances et en changer si vous n’êtes pas convaincu.

Quelle expérience incroyable que d’avoir un caviste qui connaisse vos goûts et qui sache deviner vos envies pour chaque repas accompagné de vin. Mon plus grand plaisir, en tant que caviste, était de revoir mes clients le lendemain d’une dégustation pour seulement passer la porte et me dire à quel point ils avaient apprécié l’un de mes conseils.

Si vous n’êtes pas satisfait des conseils de votre caviste, changez-en. Si vous vivez dans une petite ville, je comprends que l’offre de cavistes ne sera pas forcément énorme mais dans les grandes villes, il y a maintenant des cavistes à chaque coin de rue.

JE NE SAIS DIRE CE QUE J’AIME !

C’est la partie la plus difficile car effectivement le vin reste tout de même assez subjectif.

Dans un premier temps, faites un essai. Allez voir votre caviste de quartier et demandez-lui un vin pour un plat avec votre budget (quand je demande un vin entre 10 et 15 euros, j’ai horreur que l’on me propose celui à 16!). Revenez voir votre caviste même si vous n’avez pas d’achat à faire pour lui dire si vous avez aimé ou pas.

N’hésitez pas à noter votre appréciation, à prendre en photo les bouteilles que vous avez appréciées. Et plus vous donnerez d’indication à votre caviste sur vos dégustations passées plus il sera capable de préciser son conseil en fonction de vos commentaires.

PAS BESOIN DE JARGON TECHNIQUE !

Parlez avec des mots simples. Confirmez votre demande pour être sûr d’être sur la même longueur d’ondes. Généralement, si vous essayez d’utiliser un jargon que vous ne maîtrisez pas, votre caviste risque de vous orienter vers des vins plus typés, plus techniques et ça n’est pas forcément l’idéal pour commencer.

Utilisez vos mots à vous, votre caviste traduira et confirmera qu’il vous a compris.

Règle d’or : un caviste se rendra toujours compte rapidement de votre niveau en vin. Il est d’abord là pour vous aiguiller et non pas pour vous juger.

CE VIN EST HORRIBLE, JE NE RETOURNERAI PLUS JAMAIS CHEZ CE CAVISTE !

Je dois tout de même mettre un bémol à mes propos car si effectivement, un caviste doit être capable de comprendre vos envies et vos besoins. Il arrive à tout le monde de se tromper et de faire des erreurs.

Pareil, il se peut que le vin que vous achetiez ait un mauvais goût (bouchonné, piqué, …) si vous rapportez la bouteille pleine chez votre caviste, il vous la changera et sera sûrement capable de vous expliquer ce qui s’est passé.

Vous verrez par la suite, à force de connaître votre caviste, vous n’aurez plus qu’à annoncer votre plat. Il connaitra déjà vos goûts, votre budget et sera capable de vous accompagner vers la découverte de nouveaux produits, de nouveaux accords mets et vins.

JE PRENAIS TOUJOURS LE MÊME VIN MAIS IL A CHANGÉ !

Il ne faut pas oublier que le caviste n’est pas forcément le responsable de tous les malheurs du monde. Si vous avez pris pour habitude de toujours acheter le même vin chez votre caviste, il existe plusieurs risques à prendre en compte et à garder en mémoire.

Le vin est issu de l’agriculture, ce n’est pas un produit industrialisé :

  1. Il peut y avoir des ruptures ! La quantité de raisins varie chaque année.
  2. Chaque millésime n’est pas forcément identique (cette différence peut être cultivée).
  3. Les mauvais goûts arrivent parfois. Mieux vaut prévoir deux bouteilles !
  4. Le vin est un produit vivant !
  5. Plus vous lâcherez prise, plus vous ferez de belles découvertes.

VOILÀ ! VOUS ÊTES GUERI(E) !

J’espère que vous essayerez de pousser la porte de votre caviste et de vous ouvrir à un nouveau monde d’émotions et de plaisirs. N’hésitez pas à me faire part de vos premiers tests et à me poser vos questions si cela est encore un peu flou pour vous !

N’oubliez pas que le vin doit rester du plaisir et du partage en bouteille. Moi-même, je fuis les cavistes « experts » qui vous écrasent par leur concupiscence ! Heureusement, ce phénomène est souvent très parisien et existe de moins en moins.

Allez vite chercher le caviste qui vous convient, il n’est jamais très loin…

VAINCRE SA CAVISTOPHOBIE !
Votez pour cet article

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1
Épinglez